La Patagonie argentine, ambiance montagne à El Chalten

Jour 127 (04/11/19)

Nouveau départ aujourd’hui ! En avion cette fois, pour rejoindre le sud de la Patagonie. On a trouvé des horaires de bus affichées à notre hôtel et il est indiqué qu’il y en a un pour l’aéroport qui part à 9h15. On prend un peu d’avance, on recharge notre carte (ici pour prendre le bus, il faut acheter une carte qu’on recharge en fonction du tarif du trajet qu’on veut faire, on peut utiliser une même carte pour tout le monde) et on attend. Il y a beaucoup de vent encore aujourd’hui et il fait super froid ! Mais le bus ne passe pas et le vendeur du magasin d’à côté nous confirme qu’il n’y a pas de bus à 9h15 et que le prochain passe à 10h30. Ça va être trop court alors on saute rapidement dans 2 taxis, on aura rechargé notre carte de bus pour rien, tant pis.

On arrive dans les temps à l’aéroport. Au moment d’enregistrer nos bagages, l’hôtesse de la compagnie refuse d’enregistrer nos valises car on dépasse le poids autorisé. On le sait et pour palier à ça, on a payé un bagage supplémentaire en achetant nos billets. On a 2 bagages pour 5 passagers et un bagage supplémentaire de payé et on nous embête encore ! Elle ne veut pas additionner nos 2 sacs et répartir le poids. Donc nous voici en train de déballer nos affaires au milieu de l’aéroport pour alléger les sacs et remplir le sur-sac pour le mettre en soute comme un bagage classique, du grand n’importe quoi !

Ce petit souci réglé, on passe ensuite la sécurité, et la, surprise ! Bertrand a oublié d’enlever son letherman de son sac-à-dos (son couteau) et les agents de la sécurité veulent logiquement lui confisquer. Il ne reste qu’une solution, aller enregistrer un nouveau bagage en soute ! Donc on ressort pour aller dans la zone d’enregistrement. Et là par chance, on tombe sur un couple de français qui n’a pas encore posé ses bagages sur le tapis et qui vont au même endroit que nous. On leur demande alors de mettre le couteau dans leurs affaires et on le récupèrera à l’arrivée. Ils sont plutôt méfiants face à notre demande, se demande si c’est autorisé, se concertent pendant plusieurs minutes pour être sûrs de prendre la bonne décision et finissent par accepter. Victoire !

Après tout ça, on atterrit enfin à El Calafate et on part tout de suite à la recherche d’un bus pour rejoindre directement El Chalten. On voulait initialement louer une voiture pour y aller mais les tarifs sont vraiment excessifs et on va à El Chalten pour faire de la randonnée alors la voiture ne sera pas très utile. On en trouve un qui part dans 30 minutes, juste le temps de récupérer nos bagages et le couteau 😉.

Pendant le trajet, le chauffeur fait un stop au bord de la route pour qu’on prenne le temps d’admirer le paysage et la montagne du Fitz Roy qu’on aperçoit au loin. Mais il y a tellement de vent que l’on peine à ouvrir la porte du bus et on manque s’envoler une fois dehors. La Patagonie ne faillit pas à sa réputation de région ventée. Mais c’est tellement beau qu’on est prêt à tout supporter !

3h plus tard, nous arrivons à destination. Comme à chaque fois qu’on arrive quelque part, on se renseigne sur les bus pour repartir dans quelques jours et on part à la recherche de notre logement pour les 3 prochaines nuits. Le village est tout petit alors on part à pied. On trouve facilement et on est chaleureusement accueilli par Véronica. On découvre un joli petit chalet en bois avec une grande mezzanine. On va être bien ici. On ressort rapidement se promener car le mauvais temps est annoncé pour le lendemain alors on veut en profiter. Le vent est toujours très fort mais il fait super beau, c’est agréable. On fait quelques courses, on prévoit de quoi se faire un pique-nique pour le lendemain, on essaie de rester optimiste.

Jour 128 (05/11/19)

Ce qui était annoncé se produisit, c’est la tempête ! Mais une belle tempête, on n’ose même pas mettre le nez dehors. Le vent souffle vraiment fort accompagné d’une bonne pluie. On ne voit plus aucune montagne. On avait mis un réveil assez tôt mais on abandonne l’idée de la rando et on se recouche. Quand on se lève vers 9h, on aperçoit le soleil qui tente de percer, on regrette presque notre décision d’avoir abandonné mais la vue reste bouchée. Puis la pluie reprend de plus belle, une vraie tempête ! On est presque rassuré 😊. Du coup, le programme de la journée n’est pas hyper passionnant, on reste à l’abri et au chaud, on fait des devoirs, on joue aux cartes, on trie nos photos.

En milieu d’après-midi, Pierre et Martine veulent tenter une sortie avec Baptiste pour aller faire des courses. Ils ne sont pas sortis depuis 5 minutes que la tempête reprend, ils reviennent trempés !! En fin d’après-midi, Mylène ressort avec les enfants prendre le goûter avec une autre famille de tourdumondiste dans une chocolaterie/salon de thé. Ils ont 3 filles du presque même âge que les nôtres et tout le monde passe un super moment.

Il est 18h quand on ressort affronter la tempête pour aller au resto. Oui on continue à passer notre temps à manger ! On y va tôt car on veut tester un resto très prisé car apparemment très bon mais qui ne prend pas les réservations et puis vu le temps, on n’a rien d’autre à faire. On nous installe près d’un immense feu au milieu de la pièce, tout est en bois, l’ambiance est vraiment chouette. Et en plus on se régale ! Petite journée cool mais qui fait du bien. On croise les doigts pour que le temps soit meilleur demain.

Jour 129 (06/11/19)

Le ciel est encore couvert ce matin mais la météo annonce des éclaircies alors on veut y croire. C’est décidé, aujourd’hui on monte au Fitz Roy ! Nous partons à 4, Bertrand, Mylène, Papinou et Baptiste. Il est déjà 8h30 quand on commence.

La montée attaque dure sur les 4 premiers km et on se retrouve rapidement dans une tempête de neige avec un bon vent de face. Ça s’annonce mal tout ça. On enfile nos ponchos, on place Baptiste entre nous pour le protéger et on continue d’avancer. Il y a 12 km pour rejoindre le sommet alors il ne faut pas trainer. On avance pendant 3h dans ces conditions.

Heureusement, les 6 km suivants sont moins pentus et on avance assez vite. Quand on se rapproche du dernier km, le temps se lève et le paysage commence à s’ouvrir. On commence à y croire ! Pour laisser le temps aux nuages de se disperser, on décide de manger un peu avant d’arriver en haut à l’abri du vent dans la forêt.

Puis on attaque le dernier km, réputé pour être difficile car très raide avec 400 mètres de dénivelé ! On marche dans un mini ruisseau car l’eau de la fonte des neiges descend par là. Sur la fin, on trouve de la neige sur le sentier, c’est assez glissant. Malgré ces conditions, Baptiste suit toujours super bien et il nous faudra 1h pour faire ce dernier km.

Une fois en haut, la magie opère, l’excitation est à son comble ! On n’est pas tout seul mais qu’est-ce que c’est beau ! On en rêvait de cette rando, cet énorme bloc de granit qui poussent derrière le lac. On est trop heureux d’être là ! Alors les tours ne sont pas complètement dégagées mais ce n’est pas grave. On reste presque 1h en haut à l’observer et à espérer que les nuages s’échappent mais non. Ça se couvre même un peu plus.

Il est temps de redescendre, on commence à se refroidir avec le vent et il nous faut refaire les 12 km dans l’autre sens, ça ne va pas se faire en 5 minutes ! La descente est chaotique et glissante. On double les quelques lents qui descendent sur les fesses et on ne traîne pas.

Dans la descente, on croise la famille Murat avec qui on a goûté la veille. Ils ont leur bébé de 2 ans dans le dos et ils galèrent pas mal car ils ne sont pas forcément équipés pour la haute montagne. Ils sont partis assez tard et il leur reste encore le dernier km difficile à faire. De notre côté, le temps change très vite, le vent revient, la neige aussi. La descente est longue, Baptiste fatigue sur la fin mais on y arrive.

On est inquiet pour nos amis croisés dans le sens inverse. On apprendra plus tard qu’une fois en haut, le ciel s’était couvert aussi très vite, le vent soufflait fort, ils ont eu très froid et n’ont pas vu la montagne. Le retour a été difficile aussi, ils se sont fait très peur, on ne rigole pas avec la montagne.

On retrouve Julia et Lucas qui nous ont sagement attendu toute la journée et ont préparé un bon dîner avec Maminou. Baptiste est fier de raconter sa journée à son frère et sa sœur et nous on est très fier de lui. Il a marché 24 km avec 1200 mètres de dénivelé en 11h dans des conditions climatiques pas toujours tendres ! Sacrée journée !

Toujours plus au Sud avec la Ruta 40 – Esquel

Jour 124 (01/11/19)

Après ce court passage à Bariloche, on reprend la route pour partir vers le Sud cette fois, toujours en empruntant la Ruta 40. On commence la journée par un petit tour dans la ville mais contrairement à la dernière fois, nous ne trouvons pas de place gratuite très facilement. On profite de ce moment de flânerie pour faire les magasins de souvenirs. On se dit qu’on pourrait profiter de la présence de Pierre et Martine pour ramener en France quelques souvenirs. Mais cette fois, on ne craque que sur des t-shirts pour les garçons.

Il est déjà tard lorsqu’on reprend la route. Le temps est couvert et on a même quelques gouttes sur la route. Malgré la météo, cette route est magnifique. Nous longeons des lacs et des montagnes, dommage qu’il y ait autant de nuages.

On arrive à 15h à El Bolson, on trouve rapidement un resto qui s’avère être excellent et pas trop cher. Il y a même une salle de jeux pour les enfants dans le fond du resto.

On reprend la route mais elle est plus longue que ce qu’on s’imaginait jusqu’à Esquel. Les paysages que nous traversons sont toujours magnifiques, on fait encore pas mal de stops pour faire des photos.

On arrive à 18h30 à destination. La maison est top et notre hôte très sympa. Elle nous explique tout un tas de choses qu’on peut faire dans le coin. Nous logeons un peu à l’écart de la ville et le quartier est très calme. On va être bien ici. Bertrand et Mylène ressortent faire quelques courses en villes pour les prochains repas.

Ce sera soupe ce soir au dîner et on essaie de ne pas se coucher trop tard car une grosse journée nous attend demain.

Jour 125 (02/11/19)

Le beau temps est de retour ! Nous commençons la journée avec un bon petit-déjeuner à la crème de marron ramené de France par les parents de Bertrand. Une fois le ventre plein, nous partons rapidement au centre de la ville pour assister au départ de la Trocheta, un vieux train à vapeur qui fait maintenant un petit trajet touristique. On arrive juste à temps pour le voir cracher sa vapeur et l’entendre siffler pour son départ. Les enfants sont contents même si on a décidé de ne pas le prendre pour aller se promener dans le parc national du coin.

On prend donc la route pour nous rendre au Parque Nacional Los Alerces. On n’est pas encore arrivé dans le parc qu’on s’arrête déjà tous les km pour faire des photos tellement le paysage est grandiose !

A l’entrée du parc, on a droit à un contrôle de police chacun mais tout se passe bien. On prend des documents et des infos auprès du gardien du parc et on a la bonne surprise de voir que l’entrée n’est pas payante. On s’enfonce dans le parc et on fait un premier stop au bord du lac de Futalaufquen, lac qu’on va longer une bonne partie de la journée.

On continue et on fait un arrêt à la cascade Irigoyen.

On cherche ensuite un coin pour nique-niquer. On trouve une aire de camping libre au bord du lac. C’est parfait avec une belle vue et une plage de cailloux dans laquelle les enfants s’amusent bien.

Une fois tout le monde rassasié, on continue notre visite du parc. On roule sur une piste pendant plusieurs dizaines de km et toujours avec de sublimes paysages.

On s’arrêté aux abords du lac Verde pour faire une petite rando de 5 km qui nous prendra 2h !

Il est déjà 17h30 quand on termine et on décide de rentrer car la route est assez longue et tout le monde est bien fatigué de cette longue journée.

Ce soir, c’est sortie en amoureux (merci les grands-parents) pour aller rencontrer un couple de voyageurs connus via les réseaux sociaux, Myriam et Pierre. Pierre est en fauteuil roulant et ils font également un tour du monde. Alors quand on nous demande si ce n’est pas trop compliqué de voyager en tour du monde avec 3 jeunes enfants, je me dis toujours que certains ont bien plus de contraintes que ça ! On a été impressionné par leur courage et leur détermination à mener ce voyage, une belle leçon de courage ! On a passé une excellente soirée en leur compagnie.

Jour 126 (03/11/19)

On quitte déjà notre joli logement pour remonter à Bariloche. Après avoir fait le plein des voitures, c’est parti pour une longue mais magnifique route ! Le temps est à nouveau couvert, décidément, c’est un jour sur 2 en ce moment.

Mais la route est tellement magnifique !

On arrive à El Bolson pour le repas de midi et on retourne à notre bon resto de la dernière fois avec les jeux pour les enfants. Encore une fois, on se régale, c’est hyper copieux et pas cher ! Puis on se dépêche de reprendre la route car le timing est serré pour rendre les voitures. On décharge toutes les affaires sur le trottoir devant notre hôtel et les hommes partent rapidement à l’aéroport. Pendant ce temps, avec Maminou, on range les sacs pour que tout passe dans l’avion demain. Quand les hommes sont de retour, on file les rejoindre en ville pour un dernier tour des magasins. On en profite pour aller visiter la cathédrale. On finit notre tournée par notre habituel achat de chocolat et on se prend un bon goûter à Rapa Nui pour remplacer le repas du soir et ça ne déplait pas aux enfants 😊.

Demain, on change d’endroit et d’ambiance pour descendre encore plus au Sud !

Route des 7 lacs

Jour 119 (27/10/19)

Ce matin, le temps est mieux que la veille mais il fait bien froid ! On prend rapidement notre petit-déjeuner et on range nos sacs car aujourd’hui on change déjà d’endroit. On part en direction de la péninsule de Llao-Llao (prononcé Chao-chao, il faut savoir que les argentins prononcent le ll en ch au lieu de yeu, ça créé parfois des situations un peu burlesques quand on nous apporte une assiette de Pocho, on ne comprend pas toujours au premier abord).

Lire la suite « Route des 7 lacs »

Retrouvailles au sommet à Bariloche

Jour 115 (23/10/19)

On se lève très tôt ce matin, ça faisait longtemps. Mais après les événements de la veille, on n’est pas mécontent de quitter les lieux. On déjeune rapidement, on ferme nos sacs et on file prendre notre bus pour retourner en Argentine, à San Carlos de Bariloche. On descend à pieds jusqu’à la gare routière, les mains bien chargées. En chemin, on tente de retirer de l’argent mais les banques sont soit détruites, soit complètement barricadées. Les manifestations de la veille ont dû être animées… On arrive dans la gare routière, c’est parti pour de nouvelles aventures en Argentine !

Lire la suite « Retrouvailles au sommet à Bariloche »

Road-Trip autour de Salta et retour au Chili

Jour 72 (10/09/19)

Nouveau réveil à l’aube, on espère pouvoir partir ce matin et rejoindre l’Argentine. Nous voici à nouveau à la gare routière de San Pedro de Atacama mais cette fois il n’y a pas d’affiche indiquant que le bus ne part pas. On patiente un moment et on le voit enfin arriver ! Youhou, on va pouvoir partir cette fois. Mais à peine avons-nous quitté la gare routière que nous restons arrêtés au bord de la route pendant 1h30 en attendant que la barrière de la route qui mène à la frontière s’ouvre. On ne comprend pas l’intérêt de partir aussi tôt dans ce cas. La route se passe sans encombre et on se rend compte de la quantité de neige qu’il est tombé là-haut. On passe la frontière rapidement, les argentins sont moins pénibles que les chiliens à ce niveau-là mais la route jusqu’à Salta est longue. On traverse des paysages magnifiques avec notamment le salar de Salinas Grandes et des montagnes multicolores.

Lire la suite « Road-Trip autour de Salta et retour au Chili »